Le 9e match de Mathieu Bastareaud sous les couleurs du LOU s’est soldé dimanche par un 8e succès bonifié du leader contre La Rochelle (45-17). Le n°8 lyonnais peut rejoindre New York l’esprit tranquille…

Il paraît qu’une nouvelle saison a débuté samedi du côté du Stadium de Toulouse avec le retour des internationaux dans les rangs des champions de France. A Lyon, en revanche, le leader incontesté de ce Top 14, à peine perturbé par son premier revers (24-15) concédé à Clermont avant la trêve, conserve le même rythme avec un solide succès retrouvé face à La Rochelle (45-17) ce dimanche, à Gerland, où l’invincibilité reste de mise (6 sur 6). Bonus en prime.  

Si les Maritimes sont les premiers en action pour porter Dany Priso en terre promise sur un premier ballon porté (0-7, 6e), les têtes pensantes lyonnaises ne tardent pas à remettre la main sur le ballon : Jonathan Wisniewski, par ailleurs auteur de 12 points au pied dans ce premier acte (20e, 23e, 38e, 40e), sert le précieux Charlie Ngatai, capable de résister à deux Rochelais, pour servir son troisième ligne Dylan Cretin en bout de ligne (7-7, 13e).

Nakaïtaci et Tuisova, quel volume !

Des ailes où les avions Noa Nakaïtaci et Josua Tuisova n’ont pourtant pas franchement besoin d’être suppléés, tant l’un et l’autre font jouer leurs partenaires. Nakaïtaci, relayé par Demba Bamba, est ainsi à l’origine de l’exploit personnel, signé Baptiste Couilloud : le capitaine lyonnais qui, d’un terrible « tchic-tchac » plein axe, déchire la défense rochelaise et file sous les poteaux (18-10, 25e). « La Rochelle nous a réveillés« , ne peut que constater Pierre Mignoni au micro de Canal+ Sport à l’heure d’aborder la pause avec un avantage conforté par la botte de Wisniewski (24-10). « On n’a pas fait une bonne entame, mais ce qui est bien, c’est qu’on a su réagir et retrouver le fil du match« , confirme son ouvreur et buteur.

Les visiteurs sont surtout tombés dans l’indiscipline (8 pénalités en 40 minutes), d’ordinaire l’apanage de ce LOU, qui va enfoncer le clou après le repos. Tuisova a perdu sa réputation de « coffre à ballons », qui lui collait aux crampons à Toulon, en travaillant sous les ordres de Mignoni et sait désormais faire jouer derrière ses charges monstrueuses. Comme celle qui martyrise le pauvre Marc Andreu et permet au Fidjien de servir Couilloud pour le doublé (31-10, 43e). Le renvoi qui s’en suit profite à Geoffrey Doumayrou (31-17, 46e). Mais la mainmise est lyonnaise et, sur un ballon rendu au pied par Andreu, Nakaitaci contre-attaque, Ngatai joue au pied pour Cretin et le Kiwi est récompensé par l’offrande de Tuisova dans l’en-but (38-17, 52e). Si le bonus offensif n’est pas acquis, Mathieu Bastareaud, pour le dernier des neuf matches de sa première carrière lyonnaise, a mérité l’ovation du Matmut Stadium, avant son départ pour New York (57e). ‘Basta’ reviendra-t-il ? (voir par ailleurs) La fête est en tout cas totale quand sur une nouvelle munition rendue par Brock James, Loann Goujon offre le bonus offensif (45-17, 74e). Qu’on se le dise, si le Stade Toulousain a entamé sa reconquête, le LOU l’attend de pied ferme !    

http://www.sports.fr/rugby/top-14/articles/top-14-bastareaud-a-lyon-c-etait-l-amerique-2624138/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.