« La malédiction de Drake » a encore frappé samedi soir, et c’est Caen qui en a profité à Nice. Et les Normands n’ont pas manqué de remercier le rappeur canadien.

Depuis plusieurs semaines, « the Drake curse », ou « la malédiction de Drake », a débarqué en Europe. Car le célèbre rappeur canadien, souvent qualifié de supporter opportuniste de l’autre côté de l’Atlantique, porterait malheur à tous les footballeurs qu’il croise.

De Sergio Agüero, à Pierre-Emerick Aubameyang, en passant par Jadon Sancho ou encore, plus récemment, Layvin Kurzawa, tous ceux qui ont posé avec « Drizzy » en ont payé le prix, en subissant une défaite dans la foulée.

La Roma, toujours très piquante sur Twitter, a d’ailleurs interdit à ses joueurs de prendre une photo avec lui, alors que Manchester United, sur le même réseau social, a posté sa photo avec un maillot du Barça avant l’affrontement face au club catalan en Ligue des champions.

Et si ce stratagème n’a pas fonctionné pour les Red Devils, balayés au Camp Nou (3-0), Caen ne peut pas en dire autant. « Tous les moyens sont bons avant de se déplacer en Côte-d’Azur, vous nous aviez caché ça, OGC Nice », pouvait-on ainsi lire vendredi sur un tweet du club normand, en légende d’un cliché de Drake vêtu du maillot des Aiglons.

Des Niçois qui ont répondu avec un autre photomontage où Rolland Courbis, le co-entraîneur caennais, remplace Kurzawa aux côtés de « Champagne Papi », mais cela n’a pas suffi. Car les Malherbistes se sont imposés, assez miraculeusement, à l’Allianz Riviera samedi soir (0-1), et ont évidemment fanfaronné le lendemain.

En anglais dans le texte, et en interpellant Drake, dont ils demandent l’appui dans leur lutte pour le maintien: « Merci beaucoup Drake, est-ce que tu connais Dijon et Guingamp ? »

http://www.sports.fr/football/ligue-1/articles/caen-remercie-drake-2451070/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.