Le 16 août, il y avait eu quelques petits tweets incisifs mais lundi à Flushing Meadows, quand ils sont venus en conférence de presse, certains joueurs français ont développé le fond de leur pensée. C’est le cas de Jérémy Chardy.

« Moi, c’est le vote de la France qui m’a choqué, lâche le Palois. On a une vraie culture coupe Davis. Beaucoup de villes ont eu la chance d’avoir des rencontres où plein d’enfants pouvaient se rendre. J’aimerais bien connaître les raisons de Bernard Giudicelli. En sachant que lorsqu’il est arrivé à la présidence, il était le premier à vouloir ramener la coupe Davis au pays et qu’il disait qu’on ne faisait pas assez d’efforts pour la jouer. On s’est d’ailleurs engueulés avec lui sur ce sujet. En même temps, c’est de la politique. Malheureusement… »

Simon pense que c’est « une très mauvaise réforme »

Lorsque les premières idées de réforme étaient revenues à ses oreilles, Lucas Pouille avait immédiatement évoqué un boycott. Aujourd’hui, le numéro 1 français est beaucoup moins vindicatif. Du moins, il attend la demi-finale de Lille face à l’Espagne pour s’exprimer. « Ce n’est pas le moment de polémiquer, dit-il. C’est une réforme radicale mais je dois me concentrer sur autre chose. Comme on ne peut pas faire grand chose… »

Gilles Simon, lui, est beaucoup plus technique. En tant qu’ancien membre du conseil des joueurs, il a souvent échangé avec le footballeur/homme d’affaires Gerard Pique, qui porte le projet Kosmos. « Je pense que c’est une très mauvaise réforme, dit Gilles Simon. Maintenant, j’ai l’impression que ça ne sert à rien de donner son avis. Pour l’avoir donné aux personnes directement intéressées au moment où il y avait encore quelque chose à faire, ces personnes-là font ce qu’elles veulent. » Le Niçois vise David Haggerty, le président américain de la Fédération Internationale.

Reste à connaître le projet abouti. On en connaît la formule à 18 pays mais la date initiale – fin novembre – est très malvenue.

« J’espère qu’il va se battre pour changer la date ! »

« La date est catastrophique, tranche Jérémy Chardy. La troisième semaine de novembre, c’est celle où tu es hors de forme. Maintenant que notre Président a changé la coupe Davis, j’espère qu’il va se battre pour changer la date ! » Très remonté le Palois.

Gilles Simon n’est guère étonné des manœuvres en coulisses. « Pour l’instant, ça n’emballe pas grand monde. Après, il faut voir. Des joueurs vont être devant le choix : la jouer ou pas (NDLR : en sachant qu’un boycott peut les priver des Jeux Olympiques de Tokyo…)  Si ça se trouve, les mecs de Kosmos sont des visionnaires même s’il y a un petit doute aujourd’hui… Le ‘home and away’ était la grande force de la coupe Davis. Au niveau de l’ambiance, on sait ce qu’on perd. La faiblesse, c’était le format. Pique écoute ce qui se dit. Chercher une autre date, ça me parait du bon sens. »

Interrogé sur le dossier, Stan Wawrinka n’a pas de langue de bois. « Il faut demander aux jeunes ce qu’ils en pensent, déclare le Suisse. Moi, j’ai 33 ans, je l’ai longtemps jouée, je l’ai déjà gagnée. Est-ce qu’elle me fait envie ? Non. »

https://rmcsport.bfmtv.com/tennis/coupe-davis-le-vote-de-la-france-m-a-choque-peste-chardy-1512848.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.