Les Bleus s’attaquent mercredi à l’ogre américain dans la course aux étoiles. Les joueurs de Vincent Collet n’ont plus le choix depuis leur courte défaite contre la Lituanie (100-98), ils devront en passer par là. Ce n’est pas forcément ce dont elle avait rêvé, mais l’équipe de France est prête à tout sacrifier sur le parquet pour une demi-finale à la Coupe du monde.

Physiquement, il faudra voir dans quel état elle se présentera sur le parquet après neuf heures de transfert en avion puis en bus pour parcourir 1.500 kilomètres et rallier Dongguan. Mentalement en revanche, les messages des joueurs de Vincent Collet, distillés ça et là sur les réseaux sociaux et dans la presse, font penser qu’ils sont prêts à gravir la montagne.

Y aller sans complexe

Les cadres de cette équipe de France, dont la plupart évolue en NBA, sont impatients d’en découdre avec les Américains. « L’histoire sera plus belle », a promis Rudy Gobert sur Twitter. Le Pivot du Jazz a rangé sa frustration au placard malgré la déception d’avoir échoué à une possession de dominer une formidable équipe australienne. Les Boomers, justement, sont parvenus à se défaire (98-94) les Américains en amical.

Et la Turquie (défaite 93-92 après prolongation) n’est pas passé loin de l’exploit. Pourquoi pas l’équipe de France? De plus, à l’instar de Nicolas Batum (avec Kemba Walker, ex-coéquipier à Charlotte) et Evan Fournier (Orlando), Rudy Gobert (avec Donovan Mitchell à Utah), certains Bleus jouent toute l’année avec les adversaires qu’ils rencontreront sur le parquet mercredi (à 13h, heure française). Vincent Collet l’a dit, c’est un avantage pour désacraliser le monstre, double tenant du titre mondial.

Les stars américaines n’ont pas fait le voyage

L’équipe C des Etats-Unis est extrêmement compétitive, d’autant qu’elle a été façonnée à l’image de son duo d’entraîneur (Kerr, Popovich), il s’agira de s’en méfier comme de la peste. Elle a été construite sur une volonté de défendre plus fort, moins portée sur la joute offensive. Steve Kerr et Gregg Popovich ont bossé avec les matériaux à leur disposition, sans les stars que sont LeBron James, Kawhi Leonard ou encore James Harden.

« On n’a pas Kevin Durant qui est capable de marquer 25 points par quart temps », a constaté Donovan Mitchell, confiant dans la capacité de son équipe à briller sur le plan collectif. Le double tenant du titre est moins spectaculaire qu’il ne le fût. Il s’appuie avant tout sur la rigueur défensive et le respect des fondamentaux. Aucun joueur des Etats-Unis ne figure dans le top 25 des meilleurs marqueurs de la compétition.

Certains joueurs présents dans l’effectif des Etats-Unis ont encore du mal à se conformer aux règles Fiba. Les Bleus pourraient imiter d’autres équipes et pousser les Américains à jouer sur les extérieurs, pour sanctionner leur faible réussite au tir longue distance (32,7% à trois points).

Regarder cette équipe « les yeux dans les yeux »

C’est l’une des forces françaises depuis le début de la compétition. Et si c’est plutôt inattendu, cela n’en reste pas moins savoureux, bien au contraire. La France culmine à 47,4% de réussite au tir à trois points, ce qui en fait la meilleure nation dans ce domaine, la deuxième dans le pourcentage de tirs réussis (53,4%) derrière la Serbie, éliminée. Evan Fournier (25,9 points de moyenne par match) et Nando De Colo (22,7 points), les deux moteurs offensifs de la France, n’y sont pas étrangers. Ils seront probablement ciblés.

Et la France pourra miser sur la relation Fournier-Gobert. Plutôt discret contre l’Australie dans son rôle défensif, gêné par les systèmes des Boomers, qui l’ont obligé à sortir de sa zone de confort, le pivot ne laissera pas sa chance passer deux fois. En force de dissuasion à l’intérieur, Gobert pourra compter aussi sur le travail de qualité du premier rideau défensif (Ntilikina, Albicy) et la mobilité de ses partenaires pour répondre au défi athlétique. « Ce sont les maîtres du monde dans la vitesse », analysait Collet. Mais les raisons d’y croire existent.

https://rmcsport.bfmtv.com/basket/coupe-du-monde-de-basket-pourquoi-l-exploit-est-possible-face-aux-etats-unis-1765263.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.