Tout va bien à Vérone… Déjà « réputé » pour être soutenu par une frange de supporters fascistes, l’Hellas a fait parler de lui ce dimanche à l’occasion du match de Serie A face au Brescia de Mario Balotelli (2-1). Un peu avant l’heure de jeu, l’attaquant italien a en effet menacé de quitter le terrain, excédé par des insultes racistes des fans de l’Hellas. Super Mario a violemment dégagé le ballon en leur direction et a dû être calmé par plusieurs adversaires et coéquipiers, pour finalement reprendre le jeu et marquer dans les dernières minutes.

Bref, un incident déplorable, un de plus, qui n’a semble-t-il pas dérangé les responsables de Vérone. Interrogé par la chaîne Sky après le match, l’entraîneur croate du Hellas, Ivan Juric, a ainsi indiqué qu’il ne s’était « rien passé ». « Je n’ai pas peur de le dire, aujourd’hui il ne s’est rien passé, a-t-il lâché. Aucun cri raciste, rien de rien. Juste du chambrage, des sifflets, de la provocation envers un grand joueur, c’est tout. Les insultes racistes me dégoûtent. Je me fais traiter de gitan de merde en permanence. Mais aujourd’hui il n’y a rien eu. Pas un petit peu, pas une personne, rien. Dire le contraire, c’est un mensonge. »

Le président en rajoute une couche

Un discours déroutant, pourtant repris par le président Maurizio Setti, qui a lui parlé « d’ironie ». « Je suis d’accord avec ce que notre entraîneur a dit, a-t-il glissé. Personne n’a rien entendu. Les fans de Vérone manient l’ironie, mais ne sont pas racistes. En tant que club, nous sommes les premiers à condamner ceux qui lancent de telles insultes, et les suspendons devant tout le monde. Nous sommes un club dont le public a le sport dans son ADN. Nous avons beaucoup de joueurs noirs. Notre public est ironique, pas raciste. Nous ne pouvons pas contrôler vingt mille personnes au stade. Mais nous sommes en règle sur tous les points. Depuis huit ans, depuis que je suis ici, nous avons toujours été bons dans ce domaine. […] Un acte comme celui de Balotelli prend toujours une ampleur supérieure, forcément, mais la tension du match a pu le pousser à un tel geste d’humeur. »

Pourtant, selon la Gazzetta, l’attaquant de Brescia n’aurait rien inventé. Le quotidien sportif explique que des officiels de la fédération italienne, présents ce dimanche au stade Bentegodi, ont eux aussi entendu des insultes (ou des cris) racistes, et qu’une enquête devrait être ouverte. Dans une réaction sur les réseaux sociaux, l’agent de Balotelli, le célèbre Mino Raiola, a lui été clair. « Nous sommes avec Mario et nous sommes contre toutes les formes de racisme, a-t-il écrit. Les racistes sont des ignorants. » 

https://rmcsport.bfmtv.com/football/cris-racistes-contre-balotelli-les-dirigeants-de-l-hellas-verone-jurent-ne-rien-avoir-entendu-1799170.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.