Caroline Garcia et le paradoxe de la Fed Cup. La joueuse française a joué son meilleur tennis de la saison dans cette compétition au coeur d’une saison délicate pour elle, qui l’a vu reculer à une triste 45e place mondiale. Propulsée sur le devant de la scène par des débuts rêvés en simple contre les Américaines en 2014, la Lyonnaise avait choisi de renoncer à la Fed Cup après la finale de 2016 pour se concentrer sur sa carrière individuelle. Un choix personnel qui lui appartient, mais qui avait suscité, au mieux de l’incompréhension, sinon une immense colère chez ses partenaires, au premier rang desquelles se trouve Kristina Mladenovic.

Le diplomate Julien Benneteau avait juré qu’il ramènerait Caroline Garcia à la raison. Il lui a donc ouvert en grand les portes de la maison et a entamé son mandat avec ce coup de maître, apaisant les tensions qui existaient entre celle qui fut n°4 mondiale et les autres joueuses de l’équipe. Le temps a fait son oeuvre, les blessures sont désormais apaisées. L’ossature du groupe n’a pas changé trois ans après la dernière finale perdue face aux Tchèques à Strasbourg et les joueuses sentent « une cohésion encore plus forte ». Mais la France n’est pas favorite face à l’Australie en finale ce week-end, à Perth. Un exploit est nécessaire pour accrocher une troisième étoile après les sacres de 1997 et 2003.

L’Australie sous pression à la maison ?

Si Alizé Cornet vante cet esprit de corps, cette force collective qui a forgé les succès du groupe cette saison, la réalité du classement risque fort de rattraper les Bleues ce week-end. La n°1 française Kristina Mladenovic pointe à la 40e place du classement WTA. Et si elle a récemment dominé à Moscou Kiki Bertens, la neuvième joueuse mondiale, elle est bien plus redoutable en double où elle a remporté le Masters de la spécialité. Mais c’est bien en simple qu’elle sera la première à entrer sur le court samedi. Or, depuis 1972, seule une équipe a soulevé le trophée sans la moindre top 10 dans ses rangs.

Le plus inquiétant, c’est qu’en face, la meilleure joueuse australienne, Ashleigh Barty, est aussi la n°1 mondiale. Et qu’elle a de grandes chances, sur la lancée de son titre au Masters de Shenzhen, d’apporter deux points supplémentaires à son équipe. La n°1 mondiale reste sur treize victoires consécutives avec l’Australie (simple et double confondus) et sa dernière défaite remonte à 2017 contre l’Ukrainienne Elina Svitolina. L’incertitude, pour l’Australie, réside dans la titularisation de la 51e joueuse mondiale Alja Tomljanovic, d’origine croate, éligible depuis peu. Et dont ce sera la première titularisation avec l’Australie. En finale.

L’historique plaide en faveur des Bleues

Alja Tomljanovic apporte certes plus de garanties que la vieillissante Samantha Stosur (35 ans), qui n’a jamais été très en réussite dans son pays, mais elle n’est pas plus à l’abri que les autres de la pression. « Si t’as pas de pression en rentrant sur le terrain pour une finale, dans ton pays ou à l’extérieur, à vrai dire, c’est que t’es pas trop humaine, a soutenu Caroline Garcia en imaginant une possible défaillance de la n° 1 mondiale Ashleigh Barty. Je pense que c’est une joueuse qui est très émotive. Toute son équipe et tout son pays compte sur elle. Tomljanovic, ça va être sa première rencontre avec l’Australie donc elle aussi sera tendue. »

« Allez battre les Australiennes chez elles, pour le dernier gros truc de l’année, c’est possible », veut croire le capitaine Julien Benneteau. La chaleur pourrait également jouer un rôle important: « On va se préparer au mieux, on a fait le maximum en termes d’hydratation, d’alimentation, de sommeil. La bonne routine pour être performantes », a promis de son côté Kristina Mladenovic. L’Australie et la France disputent leur septième face-à-face dans la compétition. L’Australie mène 5-1. La France a remporté la dernière confrontation en 2000 alors que le dernier succès des Aussies remonte à 1971. Les Australienne ont perdu leurs huit dernières finales depuis 1974. Un motif d’espoir supplémentaire.

https://rmcsport.bfmtv.com/tennis/fed-cup-les-bleues-ont-elles-une-chance-contre-l-australie-en-finale-1802091.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.