Le témoignage de Clémentine Sarlat a abouti à des conséquences concrètes. France Télévisions a procédé à trois licenciements au sein du service des sports de sa rédaction, selon une information dévoilée ce vendredi par L’Équipe, pour des faits de harcèlement moral et de sexisme dénoncés par la journaliste. Un blâme a également été prononcé. Trois reporters et un rédacteur en chef seraient concernés par ces sanctions.

France Télévisions justifie la décision en se disant « fidèle à ses valeurs et à ses principes ». Le groupe explique auprès du quotidien faire preuve de « tolérance zéro face à toute forme de harcèlement, propos sexiste ou discriminatoire ». 

« J’avais forcément droit à une réflexion »

En prenant la parole début avril, Clémentine Sarlat avait poussé la présidente du groupe audiovisuel Delphine Ernotte à lancer une enquête interne. « J’allais à Stade 2 en pleurant », déclarait la journaliste, bien connue des téléspectateurs de rugby, dans les colonnes de L’Équipe. « Avec les vieux, dès que je mettais une jupe, j’avais forcément droit à une réflexion », s’était-elle indignée.

Les conclusions des investigations ont été rendues fin juin, après des centaines d’entretiens menés par un cabinet indépendant spécialisé dans les « crises humaines ». Delphine Ernotte, tout juste reconduite dans ses fonctions par le Conseil supérieur de l’audiovisuel, avait ensuite promis un « plan d’action » avec des formations obligatoires sur la prévention des comportements inappropriés. Celles-ci devaient démarrer cet été et se poursuivre jusqu’au mois d’octobre.

https://rmcsport.bfmtv.com/plus-de-sports/harcelement-trois-licenciements-a-france-televisions-pour-l-affaire-sarlat-1956280.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.