Que va faire Mourad Boudjellal désormais? C’est la grande question. Après avoir revendu la majorité de ses parts à Bernard Lemaitre, le président du Rugby Club Toulonnais va quitter son poste à l’issue de la saison. Après quatorze ans de bons et loyaux services. Avec le souhait de prendre un nouveau départ. « J’ai envie de vivre une troisième vie, explique à RMC Sport le dirigeant varois. On est tous en quête d’une éternelle jeunesse. Et pour être jeune, il faut avoir des émotions nouvelles. Donc je cherche à rajeunir en allant découvrir des émotions nouvelles parce que dans le rugby, je n’ai plus grand-chose à découvrir. J’ai l’impression de devenir vieux. »

Pour s’offrir cette cure de jouvence, Boudjellal a plusieurs cordes à son arc. « J’ai des choses en tête, oui, bien sûr. Mais il faut que je décide parce que j’ai pas mal de choix. Mais mes choix ne sont jamais liés à l’argent. Il faut que je décide ce que j’ai envie de faire. Je cherche le projet qui va me faire vibrer. Je ne cache pas que j’aimerais bien retomber un peu dans l’anonymat aussi. Je ne sais pas si c’est possible, mais j’aimerais bien. Il y a beaucoup de projets qui m’intéressent, je ne suis pas un geek du rugby. »

Un duo avec Laporte?

Malgré tout, l’emblématique patron du RCT pourrait bien rester dans le monde de l’ovalie. En prenant pourquoi pas la tête de la LNR. « Il faudrait déjà que je sois moins clivant et il faudrait que j’ai un vrai programme. Est-ce que je réfléchis à un vrai programme? Oui. Mais est-ce que je vais présenter moi-même ce programme ou est-ce que je vais le donner pour que chacun puisse y piocher ce qu’il estime nécessaire pour le Top 14 et la Pro D2? Je ne sais pas. Ce dont je suis sûr aujourd’hui, c’est qu’on a besoin de changement. Et on a besoin de rendre la Ligue aux clubs. Les clubs ont perdu le pouvoir la Ligue, qui s’est transformée en une sorte de ministère du Top 14 et de la Pro D2. Il faut que les clubs redeviennent les décideurs. C’est la priorité. »

Selon nos informations, Boudjellal est très attiré par l’idée de reformer un duo avec Bernard Laporte, président de la Fédération française, surtout en perspective de la Coupe du monde 2023 en France. Laporte pousse d’ailleurs en ce sens. « Oui, il y a des gens qui m’encouragent, qui me disent que c’est gagné, reconnaît Boudjellal. Mais d’autres me disent aussi que je n’ai aucune chance. C’est vrai que plein de gens me disent aussi que ce serait bien de reconstituer le duo Laporte-Boudjellal. Ça a plutôt bien marché entre Bernard et moi. Ça fait partie de mes pistes de réflexion. Mais je vais décider par rapport à mes envies. Aujourd’hui, ce n’est pas ma priorité. »

Il envisage de se lancer en politique

L’autre grosse possibilité mène à la politique. Agacé par certains courants de pensées et certaines prises de position, comme celles d’Eric Zemmour, le président toulonnais se dit prêt à tenter l’aventure. « Au niveau local, non. Mais au niveau national, ça fait partie des pistes auxquelles je réfléchis, oui. Je me suis toujours dit que je n’irai pas en politique sauf si… Et j’ai l’impression que le « sauf si » est en train d’arriver. Ce serait m’inscrire avec des gens déjà en place. Aujourd’hui, il faut redonner de la fierté à ces gamins issus de l’immigration. Parce qu’il y a beaucoup de gens brillants dont on ne parle pas, qui apportent beaucoup de richesses à ce pays. »

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/la-lnr-la-politique-boudjellal-fait-le-point-sur-ses-futures-ambitions-1821294.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.