Les Mercedes ont été impériales samedi matin en Australie, lors de la première séance de qualifications de la saison. Lewis Hamilton partira donc en pole dimanche, juste devant son coéquipier Valtteri Bottas. Et même si les Ferrari seront juste derrière sur la grille, en compagnie de la Red Bull de Max Verstappen, l’écart qui sépare les monoplaces est important…

C’est peu dire qu’on attendait la Scuderia sous un bien meilleur jour après les tests hivernaux de Barcelone. Mais force est de constater que Mercedes a frappé un grand coup samedi matin, à l’occasion des qualifications du Grand Prix d’Australie. Lewis Hamilton, en tenant du titre qui se respecte, a d’entrée griffé la concurrence en signant sa première pole de la saison, la huitième de sa carrière en Australie. Le Britannique rejoint ainsi le recordman en la matière sur ce circuit, un certain Michael Schumacher. La saison 2019 débute donc de la meilleure des manières pour le constructeur allemand et ses pilotes, car dans la foulée du patron, Valtteri Bottas a lui aussi signé une très belle performance. Le Finlandais partira juste derrière son partenaire (+0″112), après avoir lui aussi accroché le meilleur temps de l’histoire de Melbourne, pour abandonner à son tour ce record au lauréat du jour.

Des Flèches d’Argent qui jouent les premiers rôles, c’est loin d’être surprenant. Ce qui l’est bien plus en revanche, c’est l’écart qui sépare les Mercedes de celles qui apparaissent comme ses plus sérieuses rivales, les Ferrari. Car si Sebastian Vettel partira de la deuxième ligne (3e), l’Allemand est relégué à 0″704 de Lewis Hamilton. Charles Leclerc (5e), devancé par Max Verstappen (4e), est lui renvoyé à près d’une seconde (+0″956). « Je ne suis pas du tout satisfait, surtout avec le boulot que j’ai fait en piste. Je n’ai pas été là quand il le fallait et je vais bosser pour être au rendez-vous à la prochaine séance de qualifications. Je pense que la Q1 et la Q2 n’étaient pas trop mal. La Q3 aurait pu être meilleure sans une petite erreur. Ce sont des choses qui arrivent, mais je reviendrai plus fort« , a néanmoins prévenu le Monégasque sur l’antenne de Canal +. Il faudra au moins ça pour éviter un encore hypothétique cavalier seul des Flèches d’Argent au cours des mois à venir…

Mais ce n’est que le premier rendez-vous de la saison, et cette démonstration ce samedi n’apporte évidemment aucune garantie pour la course de dimanche. « Ça a été une séance de qualifications complexe. Ça ne s’est pas fini comme c’était prévu. La course, c’est demain, a ainsi rappelé Sebastian Vettel. Je pense qu’on a une bonne voiture mais la piste est très particulière ici. Je ne m’inquiète pas trop même si ce n’est pas génial. On ne sait jamais ce qui arrive. Attendons le drapeau à damier. On a une bonne voiture en version course. Clairement, les Mercedes sont favorites mais on est là pour faire la course« . La déception reste donc modérée au sein de l’écurie italienne, là où, chez Renault, c’est la soupe à la grimace puisque Nico Hulkenberg (11e) et Daniel Ricciardo (12) n’ont pas réussi à franchir l’écueil de la Q2.

http://www.sports.fr/f1/articles/gp-d-australie-les-fleches-d-argent-tres-aiguisees-2419079/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.