Hugo Lloris et Didier Deschamps ont réagi aux propos de Laurent Koscielny, qui s’est dit déçu par l’attitude des Bleus et du staff. 

Ils ne l’avaient pas vu venir. Dans une interview accordée à Canal+ et diffusée dimanche soir dans le Canal Football Club, Laurent Koscielny s’en est pris à ses anciens coéquipiers de l’équipe de France et au sélectionneur Didier Deschamps, qu’il accuse de ne pas avoir été assez présent et prévenant, lui qui a été contraint de renoncer à la Coupe du monde suite à une rupture du tendon d’Achille.

« Je n’ai pas tous les éléments concernant les appels et les messages qu’il a reçus, mais une chose est sûre, on a pensé fort à lui, a confié le capitaine Hugo Lloris lundi en conférence de presse. Ça a été un joueur important de l’équipe de France. J’en parle au passé, car il a annoncé sa retraite internationale. J’ai beaucoup de respect pour lui, pour le joueur et l’homme. Ça fait de la peine de le voir dans cette situation. Il a souffert. Je le connais un peu mieux que d’autres, je sais qu’il est sur la voie du retour. Il doit relever de nouveaux défis, c’est ce qui lui manquait aussi, je pense ». 

Sentiment ambivalent également pour Didier Deschamps, qui comprend l’amertume de son ancien défenseur, mais estime avoir fait le nécessaire: « Je me suis renseigné sur ce qu’il a pu dire. Il a souffert et je comprends sa déception de rater une Coupe du monde. Personne ne pourra lui enlever. Mais je suis surpris, comme l’ensemble du staff, car on lui a envoyé des messages, des témoignages de soutien. Je l’ai appelé après sa blessure, je l’ai même conseillé sur le choix de son chirurgien, je l’ai invité à venir pendant la préparation, à passer du temps avec nous. Sa lettre avant la compétition a aussi été un moment important. C’était fort. J’ai insisté pour qu’il vienne en avion présidentiel pour la finale. J’ai repris de ses nouvelles en septembre, car c’était son anniversaire, pour savoir où il en était. Je l’ai fait, j’aurais pu en faire plus ».

Une incompréhension que DD a rapidement voulu lever, trouvant des circonstances atténuantes au joueur d’Arsenal: « J’ai échangé avec lui brièvement hier soir (dimanche). Je fais la part des choses aussi. Il a été blessé, marqué par ce qu’il a connu. Ça ne changera pas ce que je pense de lui comme joueur et comme homme. C’est quelqu’un qui a de belles valeurs. Avec une émotion aussi forte, grande, profonde, c’est difficile de faire la part des choses. On n’est pas là pour le juger, bien au contraire ». Une réaction mesurée de la part du sélectionneur tricolore qui n’a pas voulu jeter de l’huile sur le feu et entretenir la polémique. 

http://www.sports.fr/football/equipe-de-france/articles/lloris-Ca-fait-de-la-peine-2293256

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.