« L’Open d’Australie ne vaut pas la vie de quelqu’un. » Ce cri du coeur de l’Américain Noah Rubin est partagé par l’ensemble des joueurs concernés par les qualifications et le grand tableau de la première levée du Grand Chelem, laquelle a débuté dans des conditions épouvantables.

La colère gronde à Melbourne après qu’une joueuse a été forcée d’abandonner et qu’un ramasseur de balle s’est effondré, victime d’un malaise. Les organisateurs ont lancé les qualifications mardi malgré une qualité de l’air jugée très mauvaise voire potentiellement dangereuse, à cause des incendies gigantesques en Australie. Dalila Jakupovic a été la première à le vérifier, elle l’est. 

>> Tennis: un joueur du top 100 suspendu pour dopage

Jakupovic ne pouvait plus marcher, ni respirer

« Je n’avais encore jamais ressenti ça, j’ai eu très peur », a-t-elle raconté. Victime de violentes quintes de toux et de difficultés respiratoires, la Slovène a abandonné alors qu’elle menait 6-4, 5-6 au premier tour des qualifications.

« Je ne pouvais tout simplement pas respirer, a-t-elle encore témoigné auprès de CNN. Je ne pouvais pas marcher, je me suis accroupi, parce que je n’arrivais pas à me tenir droite. Après cela, j’ai eu une crise de panique, parce que je n’arrivais plus à respirer. C’était très difficile. Ce fut l’un de mes matches les plus difficiles. Après seulement 20 minutes, j’avais déjà des difficultés. J’étais dans l’incapacité de frapper plus de trois coups en courant de gauche à droite parce que j’étais déjà atteint d’une crise d’asthme. »

https://rmcsport.bfmtv.com/tennis/open-d-australie-jakupovic-raconte-son-calvaire-dans-la-fumee-de-melbourne-1840753.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.