Benoît Paire a annoncé la couleur aux journalistes après sa défaite face à Marin Cilic (6-2, 6-7, 3-6, 6-1, 7-6), ce mercredi lors du 2e tour de l’Open d’Australie: « Pour être honnête, je n’ai pas eu trop le temps de réfléchir à ce que j’allais dire parce qu’il y a beaucoup de choses qui me déplaisent. » Finalement, il a déballé ses griefs contre le traitement de faveur réservé aux joueurs du Top 10 mais aussi contre le public croate. Avant d’envisager des vacances en Asie. 

« On mérite un peu de respect »

« Il  y a plein de choses qui me chagrinent comme le fait que les meilleurs ont forcément leur jour de repos parce qu’ils jouent sur les grands courts qui sont couverts, regrette-t-il. Alors, c’est bien d’avoir des courts couverts. Mais, moi, j’ai fait finale la semaine dernière (à Auckland, ndlr), j’ai joué 3h30 contre Stebe. Je n’ai même pas eu 24h de repos et je joue déjà contre Cilic. Laissez-nous un peu de temps, mettez-nous en « night session » (le soir).  (…) On protège les meilleurs mais il faut aussi protéger ceux qui ont bien joué les semaines d’avant. Moi aussi, je suis tête de série, je suis n°21, je suis 19e au classement ATP. Après avoir fait une finale et jouer un match en cinq sets la veille, ce serait plus juste d’avoir juste une night session. J’ai joué après deux matchs de filles qui ont duré 35 minutes chacun. (…) Je veux bien que les meilleurs veulent leur court, veulent jouer le soir, veulent ci, veulent ça… mais à un moment donné, nous sommes aussi des joueurs. On mérite un peu de respect. (…) Je respecte très fort les meilleurs mais pour nous qui sommes à côté… »

Il fustige le public croate et ses bonnets de water-polo

L’Avignonnais avait aussi des choses à dire sur le comportement du public croate lors de sa rencontre face à Cilic. « Le public croate n’a pas été forcément très bon, a-t-il aussi critiqué. C’est vrai qu’ils mettent de l’ambiance mais je ne les trouve pas fair-play. Parfois, sur le court, je dérape, c’est vrai. Je l’avoue, je suis comme ça. Parfois, j’en fais trop. Mais je trouve que le public croate est tout le temps un peu dans l’excès. Entre les premières et les deuxièmes (balles de service) ne trouve pas leur façon de faire très fair-play. Quand on se retrouve dans les moments serrés, à chaque fois qu’il y a une deuxième balle à servir, ils parlent. Ils ont leur truc de natation sur leurs oreilles (des bonnets de water-polo, sport très populaire en Croatie). Je ne sais pas s’ils n’entendent pas les annonces mais ils n’ont pas à faire ça. La prochaine fois, ils resteront dans leur piscine avec ça. »

Au programme: les Philippines sans sa raquette

Après toutes ses péripéties, il prévoit désormais de prendre quelques jours de repos bien mérités. « J’ai un pote qui va aux Philippines, a-t-il expliqué. Peut-être que je vais faire ça pendant une semaine, me détendre, me mettre à la plage ou au bord d’une piscine, boire des cocktails. C’est ce que j’aime faire. J’ai juste envie de poser ma raquette parce que là, tous les jours, tous les jours, tous les jours… Je ne peux plus la voir. De temps en temps, des gens viennent me demander: tu ne veux pas sortir ce soir. Pas de souci, je peux te donner deux ou trois adresses. »

https://rmcsport.bfmtv.com/tennis/open-d-australie-la-colere-de-paire-contre-les-organisateurs-et-le-public-croate-1845089.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.