La semaine a encore été studieuse du côté de la Ligue Nationale de Rugby. Elle a débuté lundi par une réunion en présence de Paul Goze, Emmanuel Eschalier et Alain Tingaud, mais aussi du président toulousain Didier Lacroix et du directeur général du Racing 92 Patrick Serrière, chargé de représenter Jacky Lorenzetti, ainsi que des managers de Toulouse et du Racing, Ugo Mola et Laurent Travers. Leur homologue clermontois Franck Azéma, lui, n’a finalement pas pu y participer. 

Dans la foulée, le bureau de la Ligue s’est réuni à Toulouse plusieurs heures ce mardi. Avec, là aussi, au cœur des discussions le calendrier international de cet automne. Six matchs sont programmés avec la fin du Tournoi des VI Nations, contre l’Irlande le 31 octobre, ainsi que la « Autumn Nation Cup », nouvelle compétition organisée pour huit nations dont la France. Sauf que les clubs et la Ligue n’ont pas dit leur dernier mot. Ils sont d’accord, à titre exceptionnel, pour cinq matchs, au lieu des trois initialement prévus, mais pas plus dans ce contexte de crise économique. Le discours est toujours aussi ferme. Et même de plus en plus musclé.

« Passage en force » de la FFR

Après avoir attaqué World Rugby devant la justice européenne, la LNR est sur le point de passer à une offensive juridique contre la Fédération cette fois, selon nos informations. Sur le fond, la Ligue souhaite demander à la justice de faire valoir son bon droit au regard de la convention existante. La décision implique que les joueurs sélectionnés seraient réquisitionnés du lundi 19 octobre au samedi 5 décembre et auraient six matchs à disputer au lieu de trois. 

A la LNR, on n’entend pas remettre en question le droit de libération des joueurs internationaux, mais on attaque « le passage en force » de la FFR et l’absence totale de contreparties pour les clubs, qui ont le sentiment que la Fédération « lâche » le rugby professionnel, déjà extrêmement fragilisé. D’autant que, comme le soulignent régulièrement les dirigeants de la LNR et les présidents de Top 14, l’argument économique avancé par la FFR pour justifier ces six matchs ne tiendrait plus avec les restrictions de jauges dans les stades. Voilà pourquoi Paul Goze et le Top 14 vont passer à l’action. 

« C’est navrant d’en arriver là mais nous n’avons pas le choix »

Mercredi soir, à moins d’une surprise, les présidents, réunis en visioconférence, devraient donc parler d’une même voix et valider la décision prise par le bureau de la LNR en se tournant vers le Conseil d’État. « C’est navrant d’en arriver là mais nous n’avons pas le choix », nous a indiqué une source proche du dossier. 

Et ensuite ? La procédure devrait, en principe, être bouclée rapidement, en quelques semaines, sans doute pas avant les résultats des élections fédérales, le 3 octobre, mais bien avant les tests de l’automne. Le premier est fixé au 24 octobre et un match de préparation contre le pays de Galles, dans un Stade de France qui devrait malheureusement sonner bien creux en raison de la pandémie.

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/top-14-vers-une-procedure-juridique-contre-la-ffr-1976832.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.