Mourad Boudjellal a vidé son bureau. Pire, l’ancien président du RCT… n’a plus de bureau! « On se met où pour l’interview? », lâche d’emblée Boudjellal, gêné ou amusé, on ne sait pas trop, de recevoir encore un journaliste au centre d’entraînement de Berg alors qu’il n’est plus en poste. « Attends, je vais voir si on peut se mettre dans la salle de réunion… »

Après 14 ans à la tête du RCT, la démission de Boudjellal a été annoncée jeudi dans un communiqué laconique. Aucun remerciement, aucun hommage, aucune fête digne de ce nom pour se rappeler aux bons souvenirs des stars et des titres ramenés sur la Rade. Forcément, Boudjellal a été un peu vexé par ce départ en catimini: « Un club de sport, ce n’est pas un laboratoire pharmaceutique », regrette Boudjellal.

« Il y a une âme, il y a des supporters, une histoire. J’ai été un peu surpris par ce communiqué. Bien sûr que j’aurais aimé dire un petit mot, remercier les supporters, féliciter Bernard Lemaître et lui souhaiter bonne chance pour l’avenir. On ne m’en a pas donné l’occasion, je vais mettre ça sur le compte de la maladresse. Il a été maladroit. Il se trouve qu’en présidence de club, c’est un débutant donc on va l’excuser là-dessus. »

Boudjellal: « Je sentais que Lemaître avait envie de devenir président »

Les relations seraient donc très tendues entre l’ancien boss et le nouveau patron, Bernard Lemaître. A moins que ce ne soit qu’une guerre d’égos, et qu’en privé, les rapports soient plutôt cordiaux. « Je trouvais incohérent d’être président de ce club car j’étais autant président que j’étais reine d’Angleterre, justifie Boudjellal. Il était plus logique que Bernard Lemaître soit président… et éventuellement qu’il savoure un futur titre, car je pense qu’on va gagner le Challenge européen cette saison! » Cette démission anticipée, ce serait donc le choix de Boudjellal?: « Bon, Bernard Lemaître ne m’a pas dit de rester. Je sentais bien qu’il avait envie de devenir président… »

Bernard Lemaître confiait, dans les colonnes de Var Matin, qu’il n’avait pas voulu faire de romantisme, ni de sentiments autour de cette annonce. Et que, de toutes façons, Boudjellal avait déjà fait ses adieux fin décembre, en prenant la parole au micro avant RCT Clermont, à Mayol! L’ancien président du RCT aurait tout de même aimé des festivités un peu plus à la hauteur de ce qu’il estime avoir donné au RCT et à ses supporters.

Une fête avec les supporters… au pied du stade Mayol?

Contrarié, il ne mettra plus les pieds à Mayol cette saison, mais promet une fête aux fans toulonnais. « Je ne ferai pas ça à Mayol parce qu’on ne me l’a pas proposé, maintenant c’est trop tard. Par contre, il n’est pas exclu que je le fasse à côté de Mayol. Les supporters qui voudront venir viendront et puis on partagera un verre ensemble, et je leur raconterai quelques anecdotes de vestiaire sur un match que je déciderai. Je suis passé à autre chose. Il ne faut pas regretter le passé. Je suis toujours supporter du RCT même si je tremble moins pour qu’ils gagnent. Mais tout va bien. Je souhaite que le RCT gagne cette saison et les saisons suivantes. Je veux que Bernard Lemaître puisse en profiter à 100%! Nos rapports sont courtois. On n’est pas fait pareil, c’est tout. Mais tout va bien. »

Pour éviter les prises de bec par médias interposés, les deux hommes ont tout de même signé une clause de « silence » de trois ans. Interdit de trop en dire sur les sujets confidentiels. Boudjellal sera-t-il capable de tenir trois ans? « On verra, vous savez, ce n’est qu’une clause financière… Mais ma liberté de parole, elle ne s’achète pas. »

https://rmcsport.bfmtv.com/rugby/toulon-sa-demission-une-fete-avec-les-supporters-les-verites-de-boudjellal-1860258.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.