Toulouse et Clermont se retrouveront samedi au Stade de France pour une finale du Top 14 alléchante. Capables d’offrir un rugby brillant, les deux équipes les plus séduisantes de la saison ont néanmoins acté leur qualification sur le travail fondamental des avants.

Les fameux fondamentaux du rugby… La mêlée et la touche font gagner des matches, se tuent à rabâcher perpétuellement tous les entraîneurs du XV. Ces secteurs si importants ont encore été décisifs ce week-end lors des demi-finales du Top 14. Toulouse, leader de la saison régulière, a écarté La Rochelle samedi soir (20-6). Dimanche, son dauphin Clermont a rallié à son tour le Stade de France aux dépens du LOU (33-13). A chaque fois, les avants ont décidé du sort du match.

Le discours d’Ugo Mola, à la pause du match du Stade Toulousain, est criant. « Si on monte le curseur au niveau du ruck, on va gagner, affirme avec conviction l’entraîneur haut-garonnais devant son vestiaire, comme le révèle le Canal Rugby Club. On est en train de les péter devant sur la mêlée, il faut insister. (…) Les gros, on peut se raconter toutes les histoires qu’on veut, c’est devant que ce gagne le match. Si les gros veulent le décider, on est en finale. Si vous le décidez, on va en finale ! C’est clair ? » Après la causerie, la Rochelle n’inscrira plus le moindre point.

« Quand la mêlée va bien… »

Le lendemain, rebelote. Clermont se heurte en début de rencontre à des Lyonnais entreprenants qui ne lâchent pas le ballon. Mais les avants auvergnats se mettent en route, Rabat Slimani en tête, et écrasent la mêlée adverse pour reprendre le score. Le LOU ne trouvera jamais la solution, même en changeant toute sa première ligne et perdra finalement le match. « Quand la mêlée va bien, ça nous enlève de la pression », peut avouer le Jaunard Benjamin Kayser, au micro Canal+, à l’issue de la rencontre.

Toute la saison, Toulouse et Clermont ont régalé par un rugby champagne avec des lancements de jeu d’école et des arrières qui brillent chaque week-end. Cheslin Kolbe, Romain Ntamack, Alivereti Raka ou autre Damian Penaud ont alimenté les tops essais, à juste titre, mais c’est bien les avants, dans un rôle parfois beaucoup plus ingrat, qui risquent de décider du sort Top 14 samedi soir au Stade de France. Les finales sont souvent cadenassées et ce secteur prend alors tout son sens. Tant pis pour le spectacle, mais pas pour les puristes.

http://www.sports.fr/rugby/top-14/articles/une-finale-du-top-14-pour-les-avants-2495099/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.