Riyad Mahrez, sur un ultime coup franc à la 95e minute, la dernière action du match, envoie l’Algérie en finale de la CAN. Les Fennecs ont disposé dimanche du Nigeria (2-1) et affronteront le Sénégal pour la couronne continentale.

Même s’il reste encore le plus dur et surtout le plus grand à faire, c’est déjà une récompense rare. Tant d’équipes, que ce soit l’Algérie ou d’autres, n’ont pas vu la finale d’une Coupe d’Afrique après être arrivées avec le statut de favoris ou avoir enchanté le premier tour. Les Fennecs, après quatre premiers matches remarquables, s’étaient fait très peur en quarts de finale face à la Côte d’Ivoire, en ayant recours aux tirs au but. Dimanche, en demies contre le Nigeria (2-1), Riyad Mahrez n’avait plus de temps à reperdre.

Alors que les deux équipes se dirigeaient vers la prolongation, les hommes de Djamel Belmadi ont obtenu un dernier coup franc à l’entrée de la surface, à la 95e minute. Le temps additionnel était même officiellement dépassé. Mais il fallait bien frapper ce coup de pied arrêté, et le joueur de Manchester City s’est exécuté. Brillamment. L’arbitre n’a même pas repris le jeu. Explosion de joie immédiate, en Egypte comme en Algérie ou bien sûr en France, où les très nombreux supporters ont encore vécu cette rencontre avec une immense intensité.

Mahrez: « J’ai pris mes responsabilités »

« C’était un match difficile face à une bonne équipe, savoure à chaud Mahrez, encore essoufflé, sur beIN SPORTS. On a eu les occasions pour tuer le match, on ne l’a pas fait. Les deux formations se cherchaient, se valaient, ce n’était pas facile de se procurer des opportunités. Mais on a été solides, à part leur penalty après vidéo, ils n’ont pas eu grand-chose. Et puis il y a eu ce coup franc, j’ai pris mes responsabilités et je l’ai mis. » Un peu comme le Sénégal lors de la première demie, l’Algérie avait bien entamé le match avant de décliner en seconde période. Aissa Mandi, rappelant aussi le jour de récupération en moins, estime même que les Fennecs pouvaient mener 3-0 à la pause.

C’est vrai, il y a eu trois énormes occasions pour Baghdad Bounedjah, qui s’est même raté deux fois (7e, 29e), et Bensebaini (16e). Avant l’ouverture du score du malheureux William Troost-Ekong, buteur contre son camp après avoir été décisif en quarts face à l’Afrique du Sud (40e). Les Nigérians sont revenus sur un penalty, litigieux encore une fois, concédé par Mandi et transformé par Ighalo (1-1, 72e). Et après une lourde frappe de Bennasser sur la barre (90e+2), Mahrez a donc sorti sa cape. Les Algériens retrouvent une finale de CAN pour la première fois depuis 1990, année aussi de leur seul titre. Ce sera vendredi au Caire.

http://www.sports.fr/football/can/articles/viva-l-algerie-2524865/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.