Le 48e duel entre Novak Djokovic et Roger Federer aura pris un étonnant visage ce dimanche, en finale de Wimbledon. Le rendez-vous supposait sans doute un match en cinq sets, avec une dernière manche complètement folle. Et à l’arrivée, le Serbe, numéro 1 mondial, a fait respecter la hiérarchie et conserve son trône londonien (7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 12-12 en 4h55), pour signer son cinquième sacre dans le Grand Chelem britannique. Et son 16e titre en Majeur.

« On a eu tous les deux notre chance, rappelait le Serbe à chaud. C’est incroyable d’avoir deux balles de match contre soi et de faire un tie break à 12-12. » Car l’histoire retiendra aussi que les deux héros, incapable de se départager dans la dernière manche, ont poussé le plaisir jusqu’au super tie break. Une première à Wimbledon.

Sorti d’un match ultra convaincant contre son éternel rival Rafael Nadal en demi-finales, Roger Federer semblait un peu nerveux en début de partie. Au point de craquer dans le tie-break du premier set, alors qu’il menait 5-3, laissant le numéro 1 mondial empocher la manche. De façon un brin chanceuse. 

Djokovic, le chaud puis le froid 

Mais le Suisse de bientôt 38 ans a trop d’expérience pour couler mentalement après une déconvenue. Et il ne fallait pas plus qu’un service qui dévisse de la part du Serbe – dont l’état de forme dans le deuxième set commençait même à poser question – pour que le recordman du nombre de titres en Grand Chelem (20) en profite pour recoller au score sur un très sec 6-1.

La troisième manche démarrait alors très bizarrement, avec un Novak Djokovic toujours en retrait. Mais le Serbe, conscient de ses difficultés au service, a choisi d’allonger les échanges, de mettre son adversaire sous pression en lui faisant jouer le coup de trop. De quoi s’offrir un tie-break ultra maîtrisé grâce à un mini break d’entrée, et tourner à deux sets à un… Avantage rapidement effacé, avec un quatrième set remporté par le Suisse (6-4). 

Un dernier set au sommet, Djokovic revanchard

A alors débuté un cinquième set dans lequel le niveau est monté d’un cran… voire de plusieurs. Et la tension avec. Pour faire basculer la rencontre dans l’irréel. C’est finalement le numéro 1 mondial qui a trouvé la faille le premier, pour breaker et tourner à 4-2 sur une merveille de passing de revers, après une montée au filet mal sentie de la part de Roger Federer. Pour un débreak dans la foulée. A rallonge. 6-6, 7-7 avant un break suisse cette fois. 

Federer : « C’est fou »

Roger Federer a servi deux fois pour le gain du match. Deux balles sauvées par son adversaire, dont la deuxième sur un passing claqué dans un angle improbable. « Ça a été un grand match, il y a tout eu, souligne Federer. Je pense qu’on a joué un grand tennis. C’est fou. J’espère donner l’espoir à plein de gens parce qu’à 37 ans, on n’est pas encore fini. »

Pour Djokovic, l’affaire s’est réglée dans un tie-break à 12-12, comme le prévoit la nouvelle règle londonienne. Un jeu décisif presque à sens unique. Les tie-breaks auront décidément porté chance au numéro 1 mondial qui, soulagé mais aussi revanchard face à un public qui n’avait d’yeux que pour le Suisse, s’est fendu d’un regard plein de fierté. Avant de manger un peu d’herbe – au sens propre – comme il en a pris l’habitude après ses victoires à Wimbledon. Le Serbe plie mais ne rompt pas, redevenu machine sans état d’âme ou presque malgré les coups encaissés. 

https://rmcsport.bfmtv.com/tennis/wimbledon-djokovic-garde-son-trone-apres-une-finale-de-legende-contre-federer-1730575.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.