Grotesque. La partition, à la frontière entre le néant et l’absurde, jouée par Bernard Tomic contre Jo-Wilfried Tsonga (défaite 6-2, 6-4, 6-1 en 57 minutes), au premier tour du tournoi de Wimbledon, n’aura pas surpris grand monde. Absolument pas concerné par l’enjeu d’une qualification, l’Australien a joué en marchant, offrant un spectacle déplorable, affligeant, dont il est malheureusement coutumier sur le circuit. Il avait avoué, déjà Wimbledon il y a deux ans, s’être ennuyé sur le court. Sanctionné à l’époque pour son mauvais comportement, il avait été privé d’une partie seulement de son prize money. Cette fois-ci, il ne touchera rien.

>> Wimbledon: à 15ans, Cori Gauff poursuit son beau parcours

Insolent avec la presse

Le tournoi lui a infligé une amende de 50.000 euros, soit l’équivalent de l’intégralité de son prize money pour un premier tour à Wimbledon. « Tous les joueurs sont tenus de se comporter comme des professionnels, lors de chaque match du Grand Chelem », a rappelé la direction du tournoi dans un communiqué. Nonchalant sur le terrain, Bernard Tomic n’a pas davantage respecté les journalistes en conférence de presse.

Insolent, il n’a même pas daigné adresser la parole à certains de ses interlocuteurs. Et s’il a pris la peine d’esquisser une réponse de temps à autre, celle-ci n’a jamais excédé les dix mots. Affligeant. Et triste aussi, pour ce joueur qui était promis à une jolie carrière. S’il continue ainsi, c’est l’anonymat qu’il obtiendra.

https://rmcsport.bfmtv.com/tennis/wimbledon-tomic-prive-de-prize-money-pour-son-non-match-face-a-tsonga-1725314.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.